BIHAR


BIHAR
BIHAR

BIH R

Deuxième État de la république fédérale de l’Inde par la population (86 374 000 hab. lors du recensement de 1991), bien que sa superficie soit moyenne (174 000 km2): le Bih r comprend en effet la partie orientale de la plaine du Gange, où les densités humaines sont élevées.

Le Bih r doit sa forme actuelle à la conquête britannique. Il est en effet très hétérogène, puisque au secteur de plaine est accolé un ensemble de plateaux anciens qui, géologiquement, font partie de la péninsule indienne et ont une économie et des aspects très différents. La plaine a eu un rôle de premier plan dans l’histoire de l’Inde: dans la région de l’actuelle Patna se sont localisées les capitales de quelques-uns des plus importants des empires panindiens, et en particulier celui du Magadha. Un État semble avoir porté le nom de Bih r dès le XIIIe siècle. Mais c’est seulement parce que la conquête britannique du nord-est de la péninsule a été faite à partir des plaines que les plateaux sont actuellement partie intégrante du Bih r. Celui-ci a été conquis tôt et rattaché à la présidence du Bengale et à Calcutta.

La plaine du Gange constitue la région la plus peuplée du Bih r et contient sa capitale, Patna. Les densités de population sont très élevées: de 400 à 600 habitants par kilomètre carré. Cette densité est liée à un système de cultures fondé sur la production du riz en été, de blé et de légumes secs en hiver. Les cultures les plus anciennement commercialisées sont celles de la canne à sucre, du lin et de la moutarde. Ce système, relativement intensif, est rendu possible par une pluviosité très forte et par la qualité des sols alluviaux, surtout ceux des basses terrasses. Mais la productivité de l’agriculture n’est pas à la mesure de la densité du peuplement (75 p. 100 des habitants de l’État sont employés à des activités agricoles). Par rapport aux conditions moyennes de l’Inde, le Bih r fait l’effet d’une région attardée. Alors que ses plaines sont classées au tout premier rang pour la densité de population, elles sont relativement mal placées pour les rendements de l’agriculture. Il n’est donc pas étonnant que l’État soit particulièrement pauvre et que l’agitation agraire y soit importante.

Cette situation pose un certain nombre de problèmes. Le retard relatif de la productivité agricole peut être expliqué en partie par des causes physiques: les inondations sont violentes et fréquentes à cause de la proximité des plus hauts massifs de l’Him laya, mais les sécheresses ne sont pas non plus exceptionnelles. Cependant, il semble que la cause essentielle de retard doive être recherchée dans les structures sociales. Le Bihar a connu un développement particulièrement important des propriétaires absentéistes, qui prélèvent une rente foncière considérable sans faire d’investissements. Une des raisons de ce fait réside dans une application précoce et intense du système zamindari. Les réformes agraires ont un peu modifié la situation, mais les forces de résistance sont très vigoureuses, et les conséquences des inégalités sociales se font encore lourdement sentir. On sait que la coexistence de petits tenanciers réduits à l’extrême misère et de rentiers du sol sans intérêt pour la production est l’un des principaux freins à la croissance agricole.

Les villes des plaines du Bih r ont évidemment une grande activité de service, mais elles ont peu d’industries modernes. On notera que le Bih r est un des États le moins urbanisé de l’Inde de la fin du XXe siècle, moins de 12 p. 100 de la population vivant dans des villes.

Les plateaux du Bihar correspondent à la région du Chota N gpur: c’est un ensemble de reliefs modestes, ondulés, entaillés par quelques grandes vallées. Les sols sont médiocres, des latérites et des sols jaunes s’étant développés à la suite de l’action d’un climat très humide sur des roches granitiques et gneissiques. Les surfaces boisées restent donc importantes, et l’agriculture n’est pas d’un grand rendement bien que fondée sur le riz et les légumes secs, comme dans la plaine.

L’intérêt principal des plateaux du Bih r réside dans l’importance des gisements minéraux. Le «socle» contient du fer, des minerais non ferreux divers (pyrite, bauxite) et aussi du mica, pour lequel l’Inde a une place importante sur le marché mondial. Il existe un certain nombre de mines dispersées, comme les curieuses mines semi-artisanales qui fournissent le mica.

D’autre part, Chota N gpur est interrompu par un fossé d’effondrement suivi par la Damodar, dans lequel se sont conservées d’importantes couches de charbon. La proximité de Calcutta a favorisé l’exploitation de ces ressources et la mise en place ancienne de villes sidérurgiques. Celles-ci sont nées en partie d’initiatives britanniques, notamment le long de la Damodar (Asansol), mais aussi d’initiatives indiennes. Dès le début du XXe siècle, un riche commerçant de Bombay, Jamshedji Tata, fonda une ville qui porte son nom, Jamshedpur, à égale distance des mines de fer, des gisements de charbon de la Damodar et de Calcutta, le grand marché de consommation. Des initiatives du gouvernement sont venues renforcer cet ensemble, avec les aciéries de Jamshedpur et de Bok ro, les constructions mécaniques à R nchi, l’industrie chimique à Sindri. Il existe donc ici une esquisse de «région industrielle». Encore faut-il noter que les centres sont très dispersés et que les possibilités naturelles sont encore loin d’être toutes exploitées, malgré un essai d’aménagement systématique global par la Damodar Valley Authority.

Le Bih r est ainsi caractérisé par la juxtaposition de campagnes très peuplées et assez misérables dans les plaines du Nord et d’une industrialisation non négligeable dans les régions les moins peuplées.

Bihar
V. Apuseni.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bihâr — Bihar Bihar Vue de cet État sur la carte de l Inde Administration Pays  Inde …   Wikipédia en Français

  • Bihār — Bihar Bihar Vue de cet État sur la carte de l Inde Administration Pays  Inde …   Wikipédia en Français

  • Bihar — बिहार Status: Bundesstaat Hauptstadt: Patna Fläche: 94.163 km² Einwohner: 103.804.637 (2011) Bevölkerungsdichte …   Deutsch Wikipedia

  • Bihar — Saltar a navegación, búsqueda Bihar Estado de  India …   Wikipedia Español

  • Bihar — Bihar,   Bundesstaat in Indien, 173 877 km2 (der Süd Teil bildet seit 2000 den neuen Bundesstaat Jharkhand), (2001) 82,88 Mio. Einwohner; Hauptstadt ist Patna. Bihar hat Anteil an der fruchtbaren, dicht besiedelten (1 000 1 500 Einwohner je km2)… …   Universal-Lexikon

  • Bihar — es un estado situado en la zona este de la India. Su capital y ciudad más importante es Patna. El nombre Bihar es una corrupción de Vihara que significa Monasterio budista Al norte tiene frontera con el reino de Nepal. Limita al oeste, al sur y… …   Enciclopedia Universal

  • Bihar — Bihar, 1) der höchste Theil des Siebenbürgenschen Erzgebirges auf der Grenze von Siebenbürgen u. dem ungarischen Comitat Bihar, an den Quellen des Aranyos, der Weißen , Schwarzen u. Schnellen Körös, dessen höchste Spitzen sind: der Berg Bihar… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Bihar [1] — Bihar (Behar, im Sanskrit wihara), Provinz der britisch ind. Präsidentschaft Bengalen (s. Karte »Ostindien«), zwischen 23°46´ 27°29´ nördl. Br. und 83°22´ 88 35´ östl. L., mit den Divisionen Patna und Bhagalpur, begrenzt von Nepal im N., den… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bihar — Bihar, 1) ehemalige Gespannschaft in Ungarn, an Siebenbürgen grenzend, umfaßte 200 QM, ist gegenwärtig in die beiden zum Verwaltungsgebiet Großwardein gehörenden Kreise Nord u., Süd B. getheilt; der östliche Theil des Gebietes ist durch Zweige… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Bihar [2] — Bihar, ungar. Komitat am linken Theißufer, grenzt im N. an die Komitate Hajdu, Szabolcs und Szatmár, im O. an Szilágy, Klausenburg und Torda Aranyos, im S. an Arad und westlich an Békés, umfaßt 10,962 qkm (199 QM.) mit (1991) 577,312 Einw., meist …   Meyers Großes Konversations-Lexikon